Les Chantiers du jazz

C’est l’objet même des « chantiers du jazz » : trouver des espaces dans le jazz et les musiques improvisées pour partir à la découverte d’autres arts et proposer le fruit de cette rencontre, un projet unique, inattendu, parfois fragile encore, mais toujours captivant. Cinq projets ont vu le jour en 2009.

"MIMÉTISS'"

Ici, quatre musiciens et une danseuse redécouvrent les possibilités du corps comme instrument de percussion, concilient l’esthétisme du geste et la précision du rythme, et n’oublient pas pour autant leurs instruments respectifs, qui soulignent et soutiennent ces percussions d’un genre particulier.
Le résultat est un jazz résolument différent, dans sa pratique et sa rencontre du public. L’écoute est transformée et retrouve les sources du jazz : une musique qui se joue, là, maintenant, dans l'instant et face à vous.

"UN JOUR SANS..."

Un instant d'inattention. Le train-train quotidien déraille.
Paniquer ? Chercher à raccrocher les wagons ? Pourquoi ne pas en profiter pour voir les choses autrement…
Roberto NEGRO, pianiste, et Bastien MAUPOMÉ, slammeur, content leur odyssée d'un jour. Un jour comme ça où rien n'arrive comme prévu. Un jour sans les points de repère habituels. Un jour sans se reposer sur le confort de l'ordinaire. Un jour sans. Mais quand on est piéton, et pas pressé, on a le temps de l'observation, de la rencontre, de l'aventure. Sur les pavés, place à l'imprévu.
Autour d'un duo piano/voix, les séquences d’écriture et les partitions musicales tracent un chemin commun entre le conteur et le musicien.
Accrochez-vous : chaque trottoir cache un road-movie...

"ZINECIK PROJECT"

Ciné-Concert autour de "L'Inhumaine" (1924), de Marcel L'herbier.

Un « Chantier du Jazz » confié à trois jeunes musiciens bien connus à Grenoble Karim MAURICE (piano), Christophe TELBIAN (batterie) et Fred COPPOLA (machines) pour une musique encore plus improvisée que l’an dernier, plus électronique aussi : on fait confiance à Fred COPPOLA pour ça !
Le film choisi, « L’Inhumaine » de Marcel L’Herbier où il est question d’opéra, d’amour fou et de suicide, tourné dans de spectaculaires décors en 1924, est considéré comme un chef-d'œuvre du cinéma muet : il est remarquable par son esthétique presque abstraite.

"RITMYTHES"

Des instruments traditionnels pour une musique d'aujourd'hui.
Ce chantier est une belle passerelle artistique, géographique et culturelle.
Une prise de risque inédite entre les percussions et les rythmes traditionnels burkinabés avec Wendlavim ZABSONRE (découvert grâce au magique "Jardin de la musique" fruit du travail de jumelage entre Ouagadougou et Grenoble) et le folklore de nos régions, modernisé par Isabelle PIGNOL (vielle à roue), qui travaille sans cesse sur des sons surprenants, massifs et turbulents, des plus fous aux plus sages.
Deux autres univers viennent enrichir cette rencontre d'un jour : les guitares toute en finesse de Riad KLAÏ, jeune musicien issu de l'école Didier Lockwood, et la basse groove de Kamel MAZOUNI.

Une création électro-folk-jazz, pleine d’audace et de rythmes, osée et effervescente à la fois. Imprévisible.

"ABRAZO HYBRID TANGO"

Depuis dix ans, Hervé ESQUIS et Fabrice GUDET, du quartet Otoño Porteño explorent l'univers envoûtant du tango argentin, des origines du genre jusqu'aux compositions actuelles. Outre le plaisir de la scène, ils travaillent à former d'autres musiciens à cette musique très particulière. Cette démarche les a incités à rejoindre le programme des "Chantiers du Jazz".
Ils sont accompagnés de Philippe SORIANO à la contrebasse, qui joue régulièrement sur les scènes jazz de la région, et de Mathieu DESVIGNES, batteur toujours prêt à découvrir des univers nouveaux.
Un son résolument personnel nourri de la tradition de Buenos Aires et des mutations successives qu'a générées le tango, au carrefour des musiques jazz et improvisées.

Voir les archives des Chantiers du jazz