Les Chantiers du jazz

Les « Chantiers du Jazz » viennent consolider la dynamique née des sept années du programme OSNI et réunissent des jeunes musiciens, de tous styles, inspirés par le jazz et les musiques improvisées.
Fonctionnant sur projets, les artistes se répartissent par groupes de travail dont la coordination artistique est assurée par Éric CAPONE. Ainsi, quatre projets forts sont nés en 2008.

BRASLAVIE TRIO

Eric CAPONE fédère musiciens de jazz, de raï, de groove berbère, de rock… Usant d’un autre registre, Fabrice BON a, lui aussi, converti au jazz toute une génération de musiciens, grâce à son travail au sein l’Ecole de musique de Saint-Égrève et grâce au Big Band de Voiron. Ces deux musiciens, amis à la ville, partagent le même amour des musiques du sud, mais n’avaient encore jamais joué ensemble ! Il était temps de les réunir. Pratiquant à eux deux plus d’une dizaine d’instruments (piano, accordéon, saxophones, flûte, clarinettes, violon…), il leur fallait un percussionniste à la hauteur. Ce sera Mickaël PAQUIER dont la créativité et l’audace éclatent à chaque prestation.
La musique du trio, basée sur des compositions spécialement écrites pour ce nouveau groupe, est ludique, dansante et exigeante. Chaque concert est prétexte à d’incroyables improvisations.

Créé en 2008 à La Faïencerie (La Tronche)

LES VACANCES DE Mr ALI

 Métissage et musique : quatre musiciens grenoblois voyagent  à travers les compositions d’Ali Debbouze (clavier de SINSEMILIA) autour des sonorités de l’oud, du saxophone, de la basse électrique, des percussions… Ali compose avec une maturité étonnante, un flair mélodique certain qui ne sombre pas dans la vulgarité. Sa musique a la capacité rare de s’inscrire dans notre imaginaire et générer des images fortes.

La grande complicité entre ces musiciens, leur envie de nous surprendre permet de belles explorations musicales, ludiques, ensoleillées.

Spectacle créé en 2008 au Musée des Sciences Médicales du CHU de Grenoble.

OBLIO interprète  « L’AURORE » de F.W. Murnau
Ciné-concert

Poème cinématographique annonçant l'ère du « parlant », L'Aurore (Friedrich Wilhelm Murnau) reste l'un des plus beaux films de l'Histoire du cinéma. Une histoire d’amour fou : un fermier, séduit par une intrigante de la ville, tente de noyer son épouse. La jeune femme s'enfuit…
Inspiré par cette oeuvre, OBLIO pose sa musique sur les images. Une musique composée pour l’occasion, et entremêlée de thèmes du tout dernier album du groupe. Les notes donnent une autre dimension au film. Et les images éclairent la musique d’une lumière nouvelle.

Créé en 2008 à EVE, avec le soutien des Cinéphiles Anonymes et Grenoble Université dans le cadre d’Un Tramway Nommé Culture.

 BILLARD BLUES

« Le jazz, c'est de la haute couture. Tu peux jouer chaque soir la même mélodie, en utilisant les mêmes notes, ce ne sera jamais tout à fait la même. Chaque pièce est unique. Comme si tu brodais une robe différente chaque fois avec l'aiguille de ton saxophone et le fil de la musique. »
Maxence Fermine

Autour du roman de Maxence Fermine, avec une guitare comme protagoniste principal, la rencontre de la narration et de la musique.
L'histoire : une partie de billard légendaire, unique.
Le décor : un club de blues à Chicago dans les années 1930, à une époque où clubs clandestins enfumés, alcool de contrebande et jazz rythmaient la nuit.
Les personnages : un musicien noir, un gangster balafré et un champion de billard.
Le musicien, c'est celui qui joue du blues ; pas n'importe comment ; avec un style bien à lui, parce que le blues, c'est sa vie.
Le gangster, c'est Al Capone ; plutôt célèbre lui aussi, c'est vrai, mais pour d’autres faits d’armes.
Le champion, c'est Willie Hoppe ; pas n'importe quel champion ; le plus grand de toute l'histoire du billard : 51 fois champion du monde !
Le billard et le blues, un fameux mélange. Une sacrée musique, aussi. Jusqu'à la note finale, imprévisible et stupéfiante.

Créé en 2008 à la Bibliothèque Municipale Kateb Yacine.